Top
Image Alt

SPRINGback

#TousConfinésTousEngagés

Préserver l’environnement en confinement, c’est possible !

Feux de grande ampleur en Australie ou dans l’Ouest des États-Unis, déversement de carburant dans l’Arctique suite à une fuite de réservoir du minier Norilsk Nickel, typhons à répétition dans le Pacifique… sont autant de signes envoyés pour une prise de conscience écologique.

Et pour les plus sceptiques, les moins concernés, les plus résistants aux enjeux environnementaux de demain, voici la Covid-19 !

D’ailleurs – petite aparté – pourquoi donc ce virus mortel porte-t-il le dénominatif féminin ? Un débat que nous ne mènerons pas ici, mais vous voyez bien où je veux en venir.

Nous sommes tous d’accord pour dire que les bilans sanitaire et économique de la crise du coronavirus s’annoncent terribles. Pour autant, le premier confinement et ses deux mois d’activité réduite ont permis à la planète de respirer un peu. Mais d’un autre côté, les mesures sanitaires exceptionnelles ont également relancé la consommation de plastiques en tous genres.

Alors, qu’en est-il vraiment, et comment préserver l’environnement en confinement ?

Bilan environnemental du premier confinement : l’arbre qui cache la forêt

Petit flash-back, pour ceux et celles qui étaient en hibernation à ce moment-là.

Novembre 2019, il était une fois un étrange virus qui toucha la Chine. C’est un peu le flou artistique côté scientifique, mais pas de panique, comme pour le nuage de Tchernobyl, il ne passera pas nos frontières…

Quelques mois plus tard, on n’en sait pas réellement beaucoup plus sur ce virus mais une chose est sure, la transmission par contact direct oblige les gouvernements de nombreux pays à prendre des mesures fortes pour limiter les contacts et donc ralentir la propagation.

4 milliards d’êtres humains, soit plus de la moitié de la population mondiale est confinée. Du jamais vu !

La planète est quasiment à l’arrêt. Les Hommes se réorganisent, trouvent des alternatives pour continuer à travailler, les écoles ferment, les usines ralentissent voire s’arrêtent, les trafics routier et aérien diminuent drastiquement….

Alors que nous pleurons notre liberté perdue, la nature elle, reprend ses droits. Nous voyons des animaux se promener dans les rues désertées, et l’air de nos villes (re)devient respirable.

Dans une étude publiée le 19 mai par Nature, des scientifiques britanniques et américains ont entrepris de quantifier la réduction des émissions carbone mondiales pendant cette première période de confinement.

Ils ont pour ce faire, analysés une combinaison de données concernant l’activité énergétique quotidienne de 69 pays (dont les 50 États américains et 30 provinces chinoises, représentant au total 85 % de la population mondiale et 97 % des émissions mondiales de CO2).

La diminution des émissions quotidiennes de CO2 fossile a ainsi été estimée à -17% par rapport à la même période en 2019.

MAIS C’EST ÉNORME ! 

Une baisse significative qui ne rétablit pour autant les émissions qu’à un niveau correspondant à celui des émissions en 2006 ; il y a encore bien plus à faire !

A GARDER EN TÊTE : ces chiffres sont bien évidemment à mettre en relief avec la reprise de l’activité du dernier trimestre 2020. Au niveau mondial, l’Agence internationale de l’énergie prévoit un recul global de 5 % pour l’année en cours. Pour la France, la diminution estimée des émissions de gaz à effet de serre de 45 millions de tonnes.

D’un autre côté, il n’y a pas à aller trop loin pour voir traîner des masques par terre, dans nos forêts, sur nos trottoirs, et vous l’avez surement constaté, les emballages individuels ont fait leur grand retour en force … une véritable pandémie écologique !

Environnement et confinement : restons confinés mais concernés

Au-delà des évidences, continuer à faire son tri sélectif, ne pas se ruer sur des produits de consommation ultra emballés, utiliser des masques lavables et réutilisables, …. de nombreux blogueurs et blogueuses nous ouvrent les yeux sur quelques solutions faciles pour continuer à préserver l’environnement en confinement.

Cuisinez bas carbone

Les saviez-vous, l’alimentation est responsable de 25 % des émissions de gaz à effet de serre.

Il est donc tout à fait possible d’élaborer des menus bons pour la santé et moins impactants pour l’environnement en rééquilibrant les apports de protéines animales et végétales.  Petit guide de recettes écolos pour tous nos amis cuistos.

Les éco-gestes à connaître

Interesting facts :

  • Mettre un couvercle sur sa casserole, c’est 4 fois moins d’énergie consommée pour faire bouillir l’eau.
  • En éteignant toutes vos veilles, vous pouvez réduire de 10% votre facture d’électricité.

Vous avez certainement entendu parlé de l’effet papillon ? Si nous agissons tous avec de petits gestes, nous arriverons à un grand résultat. Alors, jeter un œil à ce guide d’éco-gestes qui propose 30 conseils et astuces qui fonctionnent vraiment pour gagner en confort, faire des économies financières et baisser ses émissions de gaz à effet de serre.

Je ne vous en dis pas plus, mais un dernier petit rappel. Dans ces temps où nos écrans sont une ouverture sur le monde, rappelez-vous que le stockage de nos données coûte cher à la planète.

Pensez à vider vos boites mails, à faire du tri dans vos photos,.. pourquoi d’ailleurs ne pas profiter de ce petit temps de pause pour créer de vrais albums promettant de belles soirées « Remember the time »  au coin du feu pour le 3e confinement 🙂

You don't have permission to register